Les industries alimentées par des technologies de pointe comme l'IoT, l'intelligence artificielle et la blockchain, se développent si rapidement qu'il peut être difficile pour les analystes et les experts de l'industrie de suivre le rythme.

 

Dans l’ère actuelle des progrès scientifiques et évolutions technologiques , les entreprises créent non seulement de nouveaux produits et services, ils remodèlent également les industries, brouillent les frontières géographiques et remettent en question les cadres réglementaires existants.

Les industries alimentées par des technologies de pointe comme l’IoT, l’intelligence artificielle et la blockchain, se développent si rapidement qu’il peut être difficile pour les analystes et les experts de l’industrie de suivre le rythme.

Imaginez alors les défis auxquels sont confrontés les décideurs.

Pendant que les gouvernements tentent de suivre le rythme de ces nouvelles technologies, les entreprises déploient régulièrement de nouveaux produits et services, sans cesse mis à jour, tandis que les gouvernements essaient de mesurer et d’atténuer leurs impacts avec soin.

Dans le même temps, les citoyens attendent de plus en plus du secteur privé qu’il assume de nouvelles responsabilités pour développer de nouvelles approches de la gouvernance des technologies de pointe. Selon un récent sondage d’Accenture, ce rythme rapide de changement fait que les dirigeants d’entreprise estiment que leurs organisations ont le devoir de rédiger de manière proactive des politiques pour les industries numériques émergentes, et aussi celui d’aborder les questions éthiques.

La question qui se pose est donc la suivante : que peut-on faire? Comment ces différents acteurs peuvent-ils tous travailler ensemble pour aider les gouvernements à élaborer une politique capable de façonner la quatrième révolution industrielle?

Ce qu’il faudrait, c’est une nouvelle ère de « gouvernance agile », une politique adaptative, centrée sur l’humain, inclusive et durable, qui reconnaît que l’élaboration de politiques ne se limite plus seulement aux gouvernements, mais constitue un effort de plus en plus multipartite.

Le concept d’agilité découle du domaine du développement de logiciels———-, mais celui-ci peut être modifié et appliqué plus largement pour suivre le rythme des changements rapides de la société, lorsque des changements s’opèrent dans la conception des politiques, et que celle-ci devient :

• Axée sur la réalisation d’objectifs politiques plutôt que sur les véritables doléances des citoyens.

• Ouverte à de nouvelles informations et s’appuyant sur des éléments tels que les programmes gouvernementaux, ainsi que la capacité à la remise en question ; être prêt à changer si les objectifs ne sont pas atteints.

• Ouverte aux contributions d’un groupe plus large, fondé sur la transparence.

Ces principes laissent une grande place à l’expérimentation et à l’évolution qui aideront les gouvernements à suivre le rythme de l’industrie. Ils visent également à assurer la participation la plus large possible au processus de gouvernance des nouvelles technologies.

Cette nouvelle ère de gouvernance agile peut prendre de nombreuses formes, et de vastes changements seront nécessaires pour créer de nouvelles sources d’autorité pour régir ces technologies. De nouveaux modèles de gouvernance collaborative public-privé sont nécessaires pour étendre la gouvernance au-delà des institutions existantes. Heureusement, des exemples sont déjà en train d’émerger.

Les gouvernements peuvent concevoir des politiques qui laissent plus de possibilités au secteur privé de trouver des solutions innovantes ; par exemple, lorsqu’ils conçoivent des cadres de régulation basés sur la performance, et axés sur l’objectif de l’innovation technologique plutôt que sur ses spécifications techniques. Comme au Rwanda où le gouvernement s’est associé au Forum économique mondial pour élaborer et adopter une réglementation sur les drones qui tienne compte de la mission du drone en plus de ses spécifications physiques.

Confrontés à la nécessité de faire face à des évolutions de grande ampleur et à des régimes en évolution rapide, certains pays adoptent des meilleures pratiques améliorées au lieu de la réglementation.——

Par exemple, les besoins divergents des entreprises dans les secteurs des finances, celui des communications, des produits chimiques, des transports, des soins de santé, de l’énergie, de l’eau, de la défense, de l’alimentation, de l’agriculture et encore d’autres infrastructures, ont longtemps entravé le développement des règles de cybersécurité. À leur place, l’Institut national des normes et technologies (NIST) a sollicité l’avis du secteur privé, des agences gouvernementales et des communautés de la vie privée et de la sécurité pour établir des meilleures pratiques largement acceptées en matière de cybersécurité plutôt que d’établir de nouvelles normes. Le nouveau cadre du NIST donne aux entreprises la souplesse nécessaire pour adopter un régime mieux adapté à leurs besoins individuels tout en donnant aux organismes de réglementation des indications sur le caractère raisonnable et adéquat des contrôles internes d’une organisation.

L’auto-réglementation de l’industrie est un outil de gouvernance clé dans de nombreuses industries, telles que la santé, les mines ou les sports professionnels, et peut également être appliquée pour accélérer la gouvernance appropriée à l’utilisation de la technologie dans les nouvelles industries. Les organismes de normalisation, tels que l’Institut des ingénieurs électriciens et électroniciens, ont joué un rôle déterminant dans le développement de normes industrielles pour l’industrie électronique et Internet et ont redoublé d’efforts pour définir et régir l’Internet des objets (IoT).
Lorsque de nouvelles technologies et de nouvelles industries émergent, plus d’un organisme d’auto-réglementation privé peut émerger. Cela se produit aujourd’hui alors que des organismes de normalisation, des consortiums et des alliances travaillant sur des protocoles d’algorithmes d’intelligence artificielle, et des normes de connectivité IoT voient le jour rapidement. Les gouvernements pourraient agir en tant que super-régulateurs, autorisant et évaluant différents organismes de normalisation en fonction de leur efficacité à atteindre les objectifs réglementaires.

Lorsqu’une technologie est si nouvelle ou que les développements sont si rapides que la mise en place de normes technologiques n’est pas encore possible, ou qu’il n’existe pas encore d’organisme unique pour établir ces normes – les leaders industriels peuvent s’engager à adopter des principes éthiques qui guident la recherche industrielle. C’est l’approche des principes de l’IA d’Asilomar, qui a été souscrite par 3 800 leaders de l’industrie pour aider à établir des lignes directrices pour le développement de l’industrie de l’IA.

De nouvelles formes de cadres de gouvernance peuvent également apparaître comme un produit parallèle lorsque les entreprises renforcent leur rôle dans la société. En 2011, par exemple, Dell, HP, Microsoft Mobile et Philips se sont réunis au Nigeria pour mettre en place un système de recyclage des produits électroniques dans le pays. Les entreprises ont réuni des acteurs de la société civile, des entreprises et du gouvernement pour éliminer les obstacles dans le cycle de vie de l’électronique. Les organismes gouvernementaux ont suivi et mis en place une réglementation qui a imposé la gestion des déchets électroniques lorsque l’écosystème a commencé à émerger. Aujourd’hui, le projet a été reproduit à travers le continent avec le soutien du Programme des Nations Unies pour l’environnement et du Forum économique mondial.

Ouvrir la voie

Il existe beaucoup d’exemples intéressants de différents acteurs coopérant, et œuvrant à façonner la trajectoire des technologies émergentes afin que celles-ci soient bénéfique pour la société de demain, cependant, il reste encore beaucoup à faire. Quoi qu’il en soit, l existe un énorme potentiel de collaboration multipartite pour aider à façonner des cadres conceptuels et des principes éthiques dans un monde en évolution rapide, où il est évident que les pratiques de gouvernance agile sont plus que jamais nécessaires.

Par Kris Broekaert

Responsable de l’engagement gouvernemental, Global Leadership Fellow, World Economic Forum Geneva.

Source: World Economic Forum,  traduit de l’anglais par la rédaction

Share: